Épisode : « Une celebration » au-delà de l’habituel, Ntaiana Papadaki-Pieridou, Paris, n°5

01-05-2020

Cet épisode est différent des précédents. Ici, j’ai préféré parler du 1er Mai 2020, une journée qui laisse des traces indélébiles dans l’histoire mondiale. Cette année, le COVID-19 n’a pas permis de faire la fête comme d’habitude.

Historiquement, le 1er Mai constitue une journée remarquable du 20ème siècle, consacrée à celles et ceux qui travaillent. Plus particulièrement, il s’agit de la célébration traditionnelle du soulèvement des travailleurs de Chicago (le plus grand centre industriel dans cette époque là, aux États-Unis), qui a été l’un des moments les plus forts de la lutte des classes (sociales) à l’époque contemporaine. En mai 1886, les syndicats de Chicago se sont révoltés, en exigeant 8 heures de travail ainsi que de meilleures conditions de travail avec le slogan « Huit heures de travail, huit heures de repos, huit heures de sommeil ». Il est également célébré comme le jour de la fleur et du printemps. Cette journée a été marquée par une grève des travailleurs et où tous les services et entreprises sont fermés.

Le terme, Mai ‘68 (également connu sous le nom de 1er mai français) décrit les troubles politiques et sociaux qui ont éclaté en France pendant les mois de mai-juin 1968. Les événements ont commencé par des mobilisations d’élèves et d’étudiants français, prolongées par une grève générale. En conséquence, une crise politique et sociale a été crée, par les travailleurs français, qui ont commencé à prendre des dimensions révolutionnaires en entraînant la dissolution de l’Assemblée Nationale française et l’annonce des élections par le président de l’époque, Charles de Gaulle.

Pourtant, aujourd’hui, à cause de la pandémie du coronavirus, la célébration de cette journée avec des manifestations (et des fleurs) est tout à fait impossible. Ainsi, les citoyens français trouvent d’autres moyens pour la célébrer : « concerts » avec des ustensiles de cuisine, chansons de groupe, manifestations en ligne, pancartes avec des revendications : les syndicats, dont les dirigeants n’ont pas caché leur frustration après la discussion, via la vidéoconférence, avec le Premier ministre Edouard Philippe concernant la restriction des mesures du confinement, honorent le 1er mai à travers les médias sociaux et depuis les balcons.

Cette différente façon de célébration du 1er mai par les français révèle et confirme jusqu’à aujourd’hui leur esprit de révolution et de résistance; un esprit qui trouve ses origines à travers la révolution française de 1789. Les citoyens français malgré les moments difficiles du confinement, essayent même « confinés » de montrer leur désir de revendication de leurs droits sociaux. J’avoue que cette (ré) action à mes yeux semble précieuse et admirable.

Pourtant, quelques manifestants au centre de Paris en honneur du 1er mai, ont brandi des panneaux – banderoles avec des messages adressés tant au coronavirus qu’ au gouvernement français, en appelant aussi en même temps les gens à chanter depuis leur balcon. L’une des bannières indiquait « Nos vies ou leurs profits ». J’ai l’impression que cette phrase n’est pas choisie par hasard. C’est comme si les gens à travers ce message visent à montrer qu’ils ont conscience de tout ce qui se passe autour du coronavirus et mettent en lumière la vérité; une vérité des choses qui est peut-être cachée « intentionnellement ».

Le dilemme qu’ils posent à l’État français est évident : la protection des citoyens ou les profits gouvernementaux ? Je me pose la même question mais au fond de moi je connais la réponse.

La célébration de cet événement historique a été également réalisée dans d’ autres pays du monde. Par exemple, en Grèce, (contrairement au pays de France), le rassemblement de syndicats proches du PAME (Front syndical) au centre d’Athènes, à la place de Syntagma, a honoré la fête de travail en créant un spectacle impressionnant.

Assemblée nationale – Syntagma – Athènes

Ensuite, il est certifié que depuis l’arrivée comme au départ de la manifestation, ainsi que pendant le rassemblement, que toutes les mesures de protection ont été prises (utilisation des gants et de masques). En effet, des panneaux ont même été placés sur la route pour garder la distance de deux mètres. Bien que le rassemblement n’ait pas respecté les directives, les consignes du gouvernement de ne pas organiser de rassemblements du 1er mai, qui ont été reportés à samedi prochain, la présence policière a été discrète et aucune arrestation n’a été signalée jusqu’à présent. En Pologne, les citoyens ont célébré le 1er mai en organisant un défilé informel avec des drapeaux polonais à la main, car les célébrations de la journée ont été annulées à cause de la pandémie. Cependant, en Turquie le 1er mai n’a pas été réalisé positivement; il a été marqué par des attestations et des incidents avec la police. Plus particulièrement, sur la place Taksim, 15 personnes ont été arrêtées et 8 personnes à Chalcédoine (du côté asiatique d’Istanbul). Selon des informations, les premières arrestations ont eu lieu à Taksim lorsqu’un groupe de syndicalistes, dont le président de l’organisation syndicale DISK Arzu Cherkezoglou a entamé une marche malgré l’interdiction universelle de la circulation.

Et là, je me rends compte que même les membres de partis politiques n’ont pas respecté les consignes du confinement (rassemblement de masse). Pour quelles raisons ? À partir de quels critères prennent-ils ces décisions ? Personnellement, je pense qu’en vu du caractère mondial du confinement, il ne faut pas que des rassemblements soient permis (exemple de la Grèce). N’oublions pas que le  coronavirus n’est pas encore maîtrisé et même avec le dé-confinement du 11 mai en France on sera tous obligés de continuer à respecter les règles sanitaires. Est-ce que cette période permet la prise de risques comme celui de la fête du 1er mai dans les rues ? Franchement, je ne sais pas.

Mots-clés : confinement, 1er mai, célébration/fête

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s