Journal de bord n°3 : auberge de jeunesse, « Fermeture progressive et organisation effective », Sophie, Royaume-Uni

Les rues de ma ville ont commencé à se vider avant que le lockdown soit annoncé. En effet, suite à la recommandation de rester chez soi émise par le gouvernement pour les personnes “fragiles”, une partie de la population locale a commencé à s’isoler d’elle-même. Mais ce vide dans les rues s’est avéré être principalement significatif de la baisse du nombre de touristes, qui représentaient la majorité des piétons parcourant la vieille ville. Ces mêmes touristes qui peuplent habituellement les auberges de jeunesse. Alors sur place depuis environ un mois et demi, j’avais eu la possibilité d’habiter dans trois d’entre elles et d’y construire un petit réseau. Le constat était le même partout : il ne restait que très peu de monde (souvent des personnes travaillant dans la ville et/ou en attente de trouver un autre logement où se confiner) et quasiment plus de touristes. Au total, en comptant les personnes travaillant dans les auberges, le taux de remplissage n’était plus que de 25 à 30%, dont en moyenne plus de 80% attribués aux “long termes” (LT, personnes travaillant en échange du logement).

A l’annonce du lockdown, nous avons reçu un mail indiquant que l’auberge fermerait ses portes la semaine suivante et demandant notre départ. Ce message était destiné aux guests (les LT n’étaient pas concernés). J’ai par la suite reçu un autre mail m’indiquant de ne pas tenir compte du précédent et de ne pas en discuter avec les autres voyageurs. 

En effet, les managers ont sélectionné les guests pouvant rester durant le confinement selon certains critères tels que l’entente avec les LT, le profil psychologique, le savoir-vivre… Ainsi, au cours de cette semaine de transition, l’auberge est passée de peu peuplée à presque vide. D’autant qu’aux départs progressifs des guests s’ajoutaient ceux de nombreux LT. Beaucoup ont réfléchi stratégiquement : calculs par rapport à la durée de validité des visas pour certains (par exemple, s’il expire durant le lockdown ou quelques mois après, peut-être est-il plus rentable de rentrer), préoccupations budgétaires (contrairement aux guests, les LT paient leur logement en “huile de coude”, il reste tout de même d’autres dépenses à prendre en compte), possibilité de retrouver ou non son emploi après la levée du lockdown… Dans un laps de temps très court nous avons donc assisté au départ d’un grand nombre de LT, retournant dans leur pays ou allant s’installer ailleurs pour la durée du confinement. 

La fermeture de la réception a marqué celle de l’auberge. Au premier jour de fermeture, une réunion a été organisée avec toutes les personnes restantes pour donner les consignes liées à la nouvelle situation. Tout le monde s’est retrouvé dans le main lounge (pièce principale de l’auberge). Les managers, au centre de notre grand groupe, ont alors commencé à nous expliquer le nouveau fonctionnement des choses. Dorénavant, chacun ferait le ménage des espaces communs de son étage (sauf les guests, qui continuent de payer une petite somme hebdomadaire), plus de tournée quotidienne dans chaque chambre pour changer les draps et poubelles, passer l’aspirateur, etc. : à chacun de prendre soin de son espace. Un calendrier de nettoyage des espaces communs à toute l’auberge serait mis en place, répartissant les tournées de ménage quotidien par numéros de chambre (comprenant chacunes un binome). Ainsi, tout le monde serait mis à contribution, guests exclus, à raison d’environ trois heures par mois et par personne.

Compte tenu de la fermeture de la réception, les clés de la porte principale de l’auberge ont été reproduites par les managers pour que chacun en ait un jeu. La règle est simple : pour ne pas compromettre notre sécurité, aucune personne extérieure n’est autorisée à entrer. Une sonnerie a été installée (nous connaissons maintenant tous par coeur la mélodie du film Titanic) pour permettre de réceptionner le courrier et les livraisons. 

Un système à £10 la semaine a été mis en place pour être nourri et mis au niveau 1 (niveau vidé de ses occupants) si l’on venait à présenter des symptômes. La demande de prendre toutes les précautions nécessaires pour ne pas revenir avec le virus a été réitérée : essayer de réduire les sorties au maximum, penser à aller faire les courses aux heures creuses, ne pas aller voir des amis, se laver les mains régulièrement et particulièrement après être sorti… 

Enfin, il a été rappelé à tout le monde que nous vivons ensemble dans un espace partagé, et, donc, qu’il est de la responsabilité de chacun de le rendre confortable, agréable et respectueux de tous. Des groupes whatsapp ont aussi été créés lors de cette réunion pour permettre à tout le monde de communiquer sur ce qu’il se passe au sein de l’auberge. L’un est purement organisationnel et permet de faire circuler les annonces sérieuses. Les autres viennent animer la vie de l’auberge, notamment le groupe événementiel, un peu “fourre-tout”, où chacun est libre de proposer des activités.

C’est ainsi que notre période de confinement a commencé…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s