Enquête thématique n˚ 8 – “Libération des masques”, Maria Helena, Brésil/France

Le Port dans lequel j’ai effectué les premiers mois d’exercices ethnographiques au milieu de la période de pandémie COVID-19 n’est pas, de loin, un espace pertinent dans les circuits touristiques. Bien qu’il abrite différents bateaux avec résidents et se situe sur la plus long partie sans écluses du Canal du Midi (entre Trèbes et l’Étang de Thau) – l’emplacement précis des différentes sociétés de charter nautique – un guide touristique spécialisé dans le Canal déclare que ce Port est – “[…] où rien n’encourage à s’attarder, excepté les nécessités matérielles telles que plein d’eau ou de gasoil […]” (GAST, 2014, p. 59). De plus, les questions qui favorisent une plus grande socialisation et des processus de décision plus importants parmi ses résidents – permanents et temporaires – restent les mêmes: instabilités du réseau électrique extérieur, utilisation et gestion des toilettes, canaux de communication entre la direction du Port et les propriétaires de bateaux.

Au début de l’été, l’ouverture des frontières entre la France et de l’Union Européenne, a commencé à animer la circulation des loisirs entre les villes; le nombre de touristes est faible, mais progressivement le flux de visiteurs et le transit des bateaux commence à augmenter sur cette route nette entre deux mers – l’Océan Atlantique et la Mer Méditerranée. Afin d’accompagner la reprise de la dynamique des loisirs, ainsi que pour élargir et affiner mes réflexions sur les pratiques de loisirs et de tourisme, encore avant de l’autorisation officielle de la réouverture des bars, des restaurants et des établissements touristiques, j’ai commencé à inclure l’arrondissement de Le Somail (arrondissement de Narbonne, située dans le Département de l’Aude et la Région Occitanie), dans mon espace d’observation.

Bien que le public visiteur est essentiellement constitué de personnes de loisirs, les infrastructures directement ou indirectement liées aux loisirs dans les espaces publics de ce petit village sont rares ou présentent des problèmes d’entretien (elles sont mal entretenues, mal nettoyées, etc.).

Espaces de loisirs oubliés
Fonte: développement propre (jun. 2020).

Trois projets en cours d’exécution prévoient des travaux d’infrastructure et d’aménagement paysager sur les berges du Canal, deux d’entre eux se trouvent spécifiquement à proximité de l’Office du Tourisme et du Port de l’entreprise Nicols. 

Requalification urbaine
Fonte: développement propre (jun. 2020).

Malgré le discours de requalification, de mise en valeur des paysages, des éléments architecturaux du site du patrimoine mondial et d’aménagement des espaces publics, les projets recherchent en pratique une plus grande rentabilité touristique des activités patrimoniales et fluviales, par la mise en oeuvre des projets qui facilitent le développement économique des activités de tourisme nautique et des services portuaires (y compris une meilleure gestion des flux du trafic fluvial): en phase 1) l’aménagement d’un espace d’accueil derrière la Maison Bonnal (qui abrite le poste d’information touristique); et en phase 2) la requalification d’un parking boisé pour 130 véhicules légers, des installations sanitaires, une aire de service et une zone pour l’orientation des visiteurs.

Travaux de requalification – en cours…
Fonte: développement propre (jun. 2020).

Le Somail est signalé dans les guides touristiques comme une étape charmante sur les routes/voyages touristiques et la plupart des visiteurs semblent le considérer ainsi, ils s’arrêtent quelques heures en village avant de poursuivre leur voyage et ne se lassent pas de prendre des photos aux environs du pont et la glacière (du XVIIe siècle).

En revanche, en tant que destination touristique, Le Somail souffre de problèmes similaires à ceux d’autres petites destinations sur les routes régionales: un public composé essentiellement de randonneurs et de visiteurs occasionnels, concentré en l’espace de quelques mois de l’année, la plupart provenant de grandes et moyennes agglomérations urbaines, peu désireux d’explorer plus profondément les villages et les villes, de pénétrer à l’intérieur de la parcelle urbaine ainsi que, découvrir la périphérie de la ville, par des routes alternatives.

Des mobilités qui encouragent la mobilité…. 

La plupart des visiteurs et des touristes arrivent dans la ville en utilisant des véhicules privés (voitures et motos), mais l’arrivée des cyclistes est constante et en augmentation ces dernières semaines, ainsi que le nombre de membres d’équipage des bateaux de location. Moins nombreux sont les résidents/voyageurs en camping-cars et les randonneurs, qui entreprennent des voyages de loisirs et de tourisme régionaux à pied.

Mobilités touristiques
Fonte: développement propre (jun. 2020).

Un fait curieux est que les visiteurs qui arrivent ou qui passent par Le Somail à bord de bateaux de location sont les plus susceptibles d’utiliser des formes combinées de mobilité. La plupart des bateaux transportent également des vélos, une situation qui, en théorie, encourage l’exploration des centres urbains, des attractions et des propriétés en périphérie du Canal du Midi – vignobles, oliviers, musées, établissements gastronomiques, etc. La présence de planches de stand-up paddle et de bouées est également observée au bord de ces bateaux.

Mobilités pour plaisir
Fonte: développement propre (jun. 2020).

Les bateaux jouent le rôle d’un moyen de transport, de résidence, de logement touristique, d’espace de loisirs et de divertissement, et quelquefois même moitié boutique moitié épicerie.

En revanche, la plupart des visiteurs qui arrivent à velo ou à pied, ne se laissent pas tenter par les autres moyens de mobilité déjà existant dans la ville. Les moins à s’aventurer dans la ville sont vraiment ceux qui arrivent dans des véhicules utilitaires légers; ils se promènent autour du Canal – notamment sur ses berges en zone urbaine – ou vont directement aux restaurants où ils souhaitent déjeuner ou dîner. Une petite partie de ce public choisit de faire un tour à bord des croisières commentées, un groupe qui, de cette manière, prolonge sa période de séjour dans la ville et organise, dans une même visite, de différents formes de mobilité et de relation ave les espaces et les temps.

Mobilités pour le plaisir

La majorité des visiteurs est intégrant de groupes d’adultes (30 ans et plus) et des personnes âgées – des couples; des parents avec des enfants et des jeunes; des parents avec des enfants et des jeunes accompagnés des grands-parents et/ou des oncles; des couples avec des amis, des groupes d’amis ou d’autres qui visitent la ville seuls. La répartition entre hommes et femmes est équilibrée, la majorité est française, suivie par les étrangers vivant en France (parmi eux, ils parlent leur langue maternelle, mais avec des prestataires de services, le français règne) et viennent des zones urbaines. 

De plus, depuis le premier week-end de juillet, le nombre de familles qui arrivent a considérablement augmenté: des couples; des parents avec des enfants et des jeunes; des parents avec des enfants et des jeunes accompagnés des grands-parents et/ou des oncles et des autres couples avec des enfants et des jeunes. Un autre fait curieux pour la période de pandémie que nous vivons: très peu portent des masques!

Les visiteurs
Fonte: développement propre (jun. 2020).

Le nombre de visiteurs/touristes étrangers, notés pour parler exclusivement d’autres langues (allemand, italien, anglais ou langues asiatiques) est encore très faible (maximum six couples par semaine, au cours des quatre dernières semaines d’observation). Ces faits semblent expliciter non seulement la lente reprise du tourisme – dans le village qui reçoit habituellement plus de 150 mille visiteurs par an – mais aussi la reprise des activités professionnelles.

L’âge, le genre, la ville d’origine, la composition des groupes et le type de mobilité choisi par les visiteurs n’offrent pas suffisamment d’indices pour lire et rechercher leurs comportements et leurs identités/et modes d’identification. Par exemple, parmi les cyclistes et les randonneurs, il y a un nombre important de personnes qui sont socialement perçues comme des “personnes âgées”, dont certaines son notoirement des touristes, qui ont choisi de voyager à vélo ou à pied – comput tenu des bagages qu’elles transportent.

Randonneur
Fonte: développement propre (jun. 2020).

Il convient de noter que le type de mobilité choisi est une variable complémentaire dans l’analyse du profil et de l’identité du voyageur ; peu suggérer quelques spéculations concernant le rythme et les vitesses (ÉRRÁZURIS, 2017; SINGH, 2017); les relations établies avec l’espace; les transformations de l’espace public (ÉRRÁZURIS, 2017, GIUCCI, 2017); les différentes temporalités des expériences de déplacement et de mobilité dans l’espace urbain (ÉRRÁZURIS, 2017); des possibilités de former des lieux et des réseaux de sociabilité (ÉRRÁZURIS, 2017); des espaces de distribution, de concentration et de limitation des mouvements, ainsi que des espaces dans lesquels les mouvements génèrent la consommation, dans lesquels il y a une productions des mouvements ou vice versa (GALVIZ, 2017) entre autres.

Une autre variable qui favorise l’identification d’informations supplémentaires sur les visiteurs de cette région de Campagne: les vêtements et les chaussures choisis. Cette variable ne permet pas une large analyse des visiteurs, mais permet de reconnaître, plus facilement, ceux qui cherchent à explorer l’intérieur des villes et des régions: ils portent des vêtements plus confortables qui permettent différents mouvements physiques, des chaussures plus confortables et qui sont faits pour de longues promenades, avec des chapeaux ou casquette et des lunettes de soleil. Les “athlètes”, en particulier, se distinguent par de tenus plus techniques, ce qui constitue également une forme d’identification de groupe…

Et que font les visiteurs qui arrivent à Le Somail? Les activités récurrentes comprennent des repas dans des bars,  des restaurants et des glaciers sur les berges du Canal; la visite de la librairie – “Librairie Ancienne” -; de courtes promenades sur les berges du Canal – notamment autour du vieux pont et de la glacier; des photos de la ville; des visites à bord de croisières commentés – “La Capitaine” et “La Barque du Somail” et à bord des petits bateaux à batterie; et des balades à vélo louées dans la ville. Récemment, ils ont commencé par mettre en place des visites guidées pour des principales attractions du village, en groupes à cheval ou en groupes conduites par des acteurs à la mode du XVIII siècle.

Tour guidé
Fonte: développement propre (jun. 2020).

Même après avoir débarqué de leurs premiers véhicules de mobilité, qui leur ont permis d’atteindre Le Somail, ils continuent à vivre des situations de mobilité, certaines plus intenses – à pied, à vélo ou en bateau – d’autres moins – de courtes promenades dans les rues les plus fréquentées. Les rythmes qui président aux mobilités internes du village sont toujours calmes, même chez les visiteurs qui passent et s’arrêtent quelques heures.

Bien qu’étant une destination dédiée aux loisirs, qui accueille un public dynamique de personnes en situation de tourisme, le manque d’investissement dans les infrastructures, les structures, et les équipements destinés aux loisirs et à la socialisation qui a éloigne les habitants du village des espaces publics – on en voit peu dans les espaces fréquentés par les touristes et à des moments sporadiques. Elle réduit également les interactions et les échanges des résidents avec les visiteurs et les touristes, les possibilités et le potentiel de socialisations secondaires et la réaffirmation du droit à la ville. Il semble que l’inattention aux espaces de loisirs publics qui stimulent la transcendance de la coprésence corporelle, la constitution de “familles d’yeux » – personnes qui sont connu et part de notre cotidiano pour situations de connaissance de vue (…) – et l’interaction par l’utilisation du langage corporel ne soit pas un privilège du Port à Sallèles d’Aude…

Références

GAST, R. 2014. Canal du Midi et les voies navigables. France: Editions Ouest France.

ERRÁZURIZ, T. Pasajeros. 2017. In: SINGH, D. Z.; GIUCCI, G.; JIRÓN, P. (Ed.). Términos clave para los estudios de movilidad en América Latina. Ciudad Autónoma de Buenos Aires: Bibloz. p. 139-146.

GALVIZ, C. L. Circulación. 2017. In: SINGH, D. Z.; GIUCCI, G.; JIRÓN, P. (Ed.). 2017. Términos clave para los estudios de movilidad en América Latina. Ciudad Autónoma de Buenos Aires: Bibloz. p. 57-64.

SINGH, D. Z. Ritmo/ritmoanálisis. 2017. In: SINGH, D. Z.; GIUCCI, G.; JIRÓN, P. (Ed.). Términos clave para los estudios de movilidad en América Latina. Ciudad Autónoma de Buenos Aires: Bibloz. p. 139-146.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s