Enquête thématique n˚ 12, « Production culturel et vie sociale » , Maria Helena, Brésil/France

Les vacances d’été ont entraîné l’arrivée de centaines de visiteurs/touristes par jour dans les destinations touristiques, même dans ce contexte encore instable de la pandémie COVID-19. Leur promenades douces, à des rythmes lents, interrompues par des vues panoramiques des villes, par des révélations faites par de nouveaux angles de vue, par le désir de détendre, de découvrir et de partager des impressions, ainsi que par des visites aux attractions du lieu, impriment des rythmes distincts d’appréciation, d’interprétations et d’utilisation culturelle du patrimoine.

Regarder le passé en arrière
Source: développment propre (jul. 2020).

Ce ne sont pas seulement les rythmes d’interprétation, d’appréhension et d’utilisation culturelle du patrimoine qui varient d’une personne à l’autre; le cadre culturel, les processus personnels d’apprentissage, les utilisations des sens, des sensations et des émotions, et même les interférences externes de la personne, servent également de médiateur de manière différentielle dans la relation avec les biens patrimoniaux et collaborent à la formation individualisée, autonome et libre du « sujet historique » .

L’interprétation du patrimoine environnemental, c’est-à-dire des biens présents dans l’environnement qui sont chers pour tous les groupes sociaux et/ou sauvegardés par les institutions officielles de préservation, constitue à son tour un processus complexe, interdisciplinaire et sensible.

Contacts avec le patrimoine culturel

Dans mes recherches sur le terrain, j’ai observé, tant dans les espaces urbains que dans les équipements culturels, la spontanéité avec laquelle la personne s’implique dans un élément qui demande leur attention; la plupart du temps, c’est un processus individuel, même si c’est en groupe, qui peut s’étendre au partage des premières impressions et à la réflexion sur celles-ci avec les autres membres du groupe. Les jeunes font l’expérience de l’environnement par des pratique plus ludiques et sont plus susceptibles de mobiliser leurs différents sens simultanément, y compris cherchant souvent à les expérimenter par le toucher, le contact corporel. Mais il y a aussi quelques adultes que présentent un comportement similaire.

S’amuser dans le patrimoine
Source: développement propre (jul. 2020).

L’investigation de ce qui est vécu pour la plupart des personnes commence par l’exploration visuelle, à laquelle ils restent attentif à ce qui se passe autour d’eux : dans la perspective auditive, le goût, l’odeur, en atteignant rarement le toucher. Il y a une certaine envie de continuer à se bouger; il est inhabituel d’observer des visiteurs/touristes contemplant pendant de longues heures, un lieu de leur destination. Peut-être en raison de la rareté du temps consacré à cette exploration in situ du monde réel, peut-être parce que la quantité d’éléments que l’on veut observer est bien supérieure au temps réservé pour cette destination, ou même peut-être parce que le temps de contemplation, dans une perspective historique, a perdu de son importance par rapport au temps de production/travail.

Au début du XXIᵉ siècle, Simmel (1989, p. 41) a cité que la personne qui habite dans une grande ville se développe sur une base psychologique caractérisée par « […] l’intensification de la vie nerveuse, qui résulte du changement rapide et ininterrompu des impressions externes et internes ». De cette base, dans leur analyse, dérivent des comportements « blasés », réservés, très individuel, liées à une hyperstimulation, une hyperexcitation e/ou une hypertrophie de l’oeil qui, fondamentalement, sont marqués par la intellectualisation, de même que par la difficulté d’évaluer/dimensionner l’importance et la valeur des différences de quantité et de qualité, chacune à sa manière.

Malgré tous les efforts déployés par les institutions culturelles et touristiques, les limites des ressources et du personnel technique ont fait que les visiteurs/touristes se sont éloignés des collections de biens culturels. Si cette distance n’est pas due à une faible fréquentation – après tout, le résident a visité la collection de biens lors d’une visite à l’école et « a vu tout ce qu’il avait à voir »- elle est due à l’énorme distance créée par le langage et/ou par l’anesthésie rendue explicite par le public visiteur, dans différentes situations, à l’amplitude des caractéristiques et aux réseaux d’information associés aux biens, “objsets-porteurs-de-sens” (MENEZES, 1997; NORA, 1993; SIMMEL, 1989).

Interprétation du patrimoine
Source: développement propre (jul. 2020).

Je constate que les plus jeunes ont du mal à maintenir leur attention sur les informations communiquées par l’utilisation de langages et de médias distants et, peut-être, dépassés par rapport à ceux qu’ils sont habitués à utiliser quotidiennement. Les adultes, en revanche, avec plus d’agilité et d’intérêt – et cela ne s’applique pas à tous les visiteurs – lisent avec plus d’attention les informations partagées par les panneaux interprétatives, n’hésitant pas à étudier en détail les biens culturels matériels – la collection exposée dans les musées – ainsi que les installations qui reproduisent les espaces de vie et la reproduction de la vie, les jardins, les productions artistiques, les bâtiments, les jardins et les chemins érigés par les groupes sociaux qui, tout au long de l’histoire, ont habité la région. 

Dans certaines situations, les adultes incident le regard des enfants et des jeunes, en indiquant des points d’observation intéressants, en élaborant des questions sur les biens culturels, en partageant des informations/histoire connues auparavant. Toutefois, il convient de noter que, dans de nombreux cas, les deux entreprennent pour la première fois et, simultanément, une visite de la même collection. 

Les usages culturels  in situ
Source: développement propre (jul. 2020).

Il y a aussi des situations dans lesquelles les adultes s’agitent avec les questions sans fin des enfants, infatigables dans leur recherche de réponses à partir de tout ce nouvel univers qui leur est proposé et qui tend leur répertoire de la vie quotidienne.

D’autre part, les pré-adolescents et les adolescents semblent s’ennuyer davantage; le manque de mouvement et d’excitation des sens, le langage utilisé, le temps et le processus nécessaires au décodage, ainsi que le manque apparent d’application pratique des informations intrinsèques aux éléments qui leur sont présentés, semblent être plus facilement remplacés par des conversations sur les réseaux sociaux et d’autres applications de communication, par des jeux et des vidéos qu’ils transportent sur leurs appareils mobiles…

Les utilisations du patrimoine culturel

L’appréhension du patrimoine culturel se fait de manière différent, pour différentes tranches d’âge, mais il est également possible d’observer une distance, d’une part, entre des individus d’âges différentes et qui font partie de un même groupe, ainsi que, d’autre part, une éloignement des langages actuellement utilisées par les différentes groupes de visiteurs et les responsables des loisirs (y compris le tourisme), de la culture et du patrimoine. L’absence de stimulus à l’utilisation simultanée de différents sens, en particulier pour les générations nées à l’ère de la technologie, peut être un facteur limitant dans l’expérience des loisirs et l’utilisation culturelle du patrimoine.

Les langages qui soutiennent aujourd’hui des processus de médiation autonomes, ainsi que l’élaboration de significations, de sens de la culture et du patrimoine et qui aboutissent à des réflexions sur les identités, semblent familières à une partie des visiteurs. Il ne s’agit pas, semble-t-il, de transporter tous les processus d’interprétation dans un langage avec une utilisation intense des TIC’s (Technologies de l’information et Communication) et une sur-stimulation des sens, mais des diverses possibilités d’utiliser la technologie pour mieux communiquer les réseaux d’information, de les problématiser face à la réalité et même d’inciter à la réflexion sur l’utilisation de la technologie par le corps et dans la vie sociale contemporaine.

Recherches
Source: développement propre (jul. 2020).

Comme l’infère Simmel (1989), l’acquisition de la liberté de mouvement, à travers des processus de développement autonomes, variés et sensibles, franchit l’acquisition par la personne d’une originalité et d’une unicité de ses qualités, indispensables au décodage du monde, aux échanges, à se situer en tant que «sujet historique » et au transit entre différents lieux et réseaux de socialisation. Le développement humain constant et dynamique élargit les horizons des relations de vie, sur des chemins où les frontières sont entendues, elles nous incitent à la conscience de l’agitation, de l’excitation, venant de l’extérieur, ainsi que des relations étroites entre tensions, implication et qualité de vie ; la personne se définit et s’inonde « […] par la somme des actions qui s’étendent de lui dans le temps et l’espace […] » (Ibid., p. 62).

Références

MENESES, U. B. De. 1996. Os « usos culturais da cultura » – Contribuição para uma abordagem crítica das práticas e políticas culturais. In: YÁZIGI, E. A. (Org.). Turismo e Cultura. São Paulo: HUCITEC, p. 88-99.

NORA, P. 1993. Entre memória e história: a problemática dos lugares. Projeto História, n. 50, São Paulo: PUC-SP. p. 7-28.

SIMMEL, Georg. 1989. Les grandes villes et la vie de l’esprit. Paris: Éditions Payot.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s