Enquête thématique n˚ 13, « Uh la la! Il y aura du tourisme dans la « nouvelle normalité »! », Maria Helena, Brésil/France

La propagation récente et croissante de la contagion commence à exiger une plus grande attention de tout le monde – autorités, scientifiques, hommes d’affaires, résidents, voyageurs et autres membres de la société civile. La tentative de reprise du travail et des activités commerciales dans les villes ne s’est pas faite sans une contagion et des inquiétudes accrues.

Il existe un surnom qui circule dans les médias et qui qualifie cette époque – à la fois le contexte et le mode de vie sociale résultant des adaptations de la pandémie : nous vivons la « nouvelle normalité ».  Les soins apportés à l’hygiène personnelle et à l’environnement ont multiplié; la distance physique; l’augmentation des activités obligatoires – formation académique et travail – dans le télétravail; les expressions faciales couvertes par des masques; les sentiments et les émotions accentués, peut-être même, en même temps, sous-estimés sont parti de cette « nouvelle normalité ».

Le rétablissement du tourisme a eu lieu dans cette période entre les moments critiques de la pandémie et a été grandement affecté par son déroulement, surtout que le virus continue de circuler, vigoureusement. Nous vivons peut-être une période de « préhistoire de la pandémie » (LESSINGER, 2020) – logiquement une blague avec des périodes de temps -; la plupart des initiatives développées au niveau mondial se concentrent sur l’atténuation de la propagation du SRAS-CoV-2 et des impacts de COVID-19. 

Malgré la conviction que la pandémie est en train de prendre fin, au moins de ce que pensent quelques citoyens de différents pays à un moment de relâchement du lockdown ou dans les pays qui n’ont pas adopté de mesures sévères de restriction de la circulation, de nombreux scientifiques liés à différents groupes de recherche dans le monde, en particulier des épidémiologistes, avertissent que la «nouvelle normalité » pourrait devenir un impératif quotidien et faire partie de la réalité d’ici jusqu’à 2025 (SCUDELLARI, 2020).

Bien que la pandémie se développe distinctement d’un endroit à l’autre, il a été observé que la plupart des personnes ont adopté des comportements prudents et que l’adoption de nouveaux comportements dans les espaces publics et privés peut être cruciale pour réduire la transmission du coronavirus et de la maladie dans les sociétés (NETO, 2020 apud SCUDELLARI, 2020).

Dans ce contexte complexe et délicat, les villes réaffirment leur importance dans la vie sociale et des sujets historiques de différentes villes répètent leur réintégration dans les espaces nationaux, régionaux et peut-être mondiaux, en tant que touristes. Ce sont les espaces publics des villes qui, dans un premier moment, se placent comme une alternative à l’environnement fermé, privé, de limitation des contacts sociaux; en elle   nous nous y redécouvrons en tant qu’êtres sociaux. Le défi d’une nécessaire révision des relations entre systèmes écologiques, espaces urbaines et de la conservation de l’environnement, inauguré à la fin des années 60 et signalé depuis longtemps par des scientifiques de différents domaines, ainsi que par des citoyens liés à différents mouvements environnementaux, est réitéré dans la « nouvelle normalité », avec de nouveaux arguments et des découvertes scientifiques (TOLLEFSON, 2020).

La haute saison!
Source:  développement propre (jul. 2020).

Le tourisme dans la « nouvelle normalité » à Lyon

La reprise progressive du travail et des activités commerciales a arrivé, à la veille du début de l’été et des vacances scolaires, par des voyages touristiques. Il est possible que l’importance de cette expérience, si appréciée par de nombreuses personnes et faisant partie de la vie quotidienne d’une groupe croissante des sociétés, ait été reconnue ou encore, surestimée, pendant le lockdown, en occasionnant des changements dans l’ordre des priorités à satisfaire, avec la fin des restrictions de circulation. Depuis longtemps, l’explication offerte par Maslown pour la satisfaction des besoins humains fait l’objet d’une révision, et avec la pandémie, la décision de voyager dans le cadre de la « nouvelle normalité » peut éclairer ou rendre explicite la présence d’autres variables que celles observées de façon récurrente dans la dynamique du tourisme.  

À Lyon, compte tenu des observations systématiques de terrain effectuées dans les zones où l’utilisation touristique de la ville est la plus expressive – en particulier le périmètre sauvegardé comme Patrimoine Mondial – la reprise des voyages de loisirs et de tourisme a commencé avec plus de force en juillet de cette année, atteignant un pic au cours des deuxième et troisième semaines d’août. 

Circulation du SRAS-CoV-2
Source: Gouvernement Français; Le Monde (27 août. 2020).

Bien que l’augmentation du nombre de touristes soit accompagnée d’une augmentation du nombre d’infections par le SRAS-CoV-2, la ville de Lyon étant passée d’une alerte orange à une surveillance extrême, un nombre considérable de touristes ont choisi cette ville comme destination de vacances. On estime qu’il y a eu une réduction de 50% du flux touristique en provenance de Lyon par rapport à la même période en 2019. Malgré cela, il a été possible d’observer pendant la saison touristique d’été et la période des vacances (de juillet à fin août), une circulation constante des touristes dans la ville, en particulier dans les zones qui concentrent les attractions touristiques. 

Lyon est une ville de taille moyenne en France avec environ 510 000 habitants. L’aéroport Lyon-Saint-Exupéry a reçu environ 11 millions de voyageurs et les hôtels ont enregistré 5 millions de nuitées en 2019. Vous pouvez voir que, même avec les impacts de la pandémie, le flux enregistré est loin d’être négligeable !

Les promenades réservées aux piétons – rue Victor Hugo, rue de la République, rue Désirée et leurs environs – ainsi que l’espace urbain au pied de la colline de Fourvière ont accueilli les mouvements touristiques apparemment sans prétention, alternant des moments de faible et de forte concentration de personnes, tout au long de la journée (matin, après-midi, soir, soirée et nuit), des jours et des semaines. Ces promenades à proximité de la rue Victor Hugo, de la rue de la République et de la rue Désirée, qui abritent une offre concentrée de commerces et de restaurants (notamment autour de la rue Mercière), ont plus régulièrement mélangé les Lyonnais aux touristes, notamment pendant le pic (le déjeuner et la sortie du travail) et les week-ends. Mais, les rues marchandes au pied de la colline de Fourvière étaient principalement fréquentées par les touristes.

L’été est là et les touristes aussi !
Source: développement propre (jul./août 2020).

Les événements publiques qui marquent les vacances d’été ont été suspendues, en raison de la pandémie, et des contrôles stricts de la circulation dans les espaces privés ont été adoptés ; il était courant de voir des files d’attente aux portes des magasins, même des grands magasins. Les établissements de restauration se sont appropriés des rues – l’espace privé s’est prolongé, intégrant l’espace public, déjà rare, dans leurs domaines et dynamiques.

Chasseurs d’expériences, cueilleurs d’objets de mémoire

Mais que font les chasseurs d’expériences et les cueilleurs de souvenirs, d’informations et d’images, capturées par les caméras présentes sur différents appareils ?

Ils marchent, marchent, marchent et font quelques arrêts, pour des photos, des observations, des conversations, pour se reposer, faire des courses, manger, se rafraîchir avec des boissons fraîches et beaucoup de glace!

Les rythmes de ces promenades varient; le climat, la topographie, l’âge, la curiosité, la connaissance préalable du lieu, les caractéristiques du revêtement des rues et des promenades de la zone urbaine sont quelques-unes des variables qui interfèrent avec le rythme. Mais, aussi, il est possible de reconnaître une partie des usagers qui sont dans la condition de touristes par le rythme de leur déplacement. Autre curiosité, la rigidité du corps et de ses mouvements parle un peu de la vie des usagers de la ville.

L’absence de mobilier urbain permettant aux citadins de se reposer dans des endroits confortables – à l’abri du soleil ou de la forte pluie d’été – et capables de maintenir une distance physique, lors de leurs brèves pauses dans leurs promenades de loisir, limite les situations de distance physique. D’autre part, elle encourage des appropriations inhabituelles d’espace et de mobilier urbain. De ces observations est née une question: comment est-il possible de comprendre et saisir le patrimoine, de manière plus approfondie, sans disposer d’un espace suffisant pour observer et réfléchir? Les tables des bars et des restaurants, bien qu’ils sont installés à proximité ou en face du patrimoine architectural, certainement, impriment des rythmes, des dynamiques et des contours qui interfèrent dans l’appréhension libre et ludique du patrimoine, de ses références et de ses mémoires…

Stratégies de saisie l’espace urbaine
Source:  développement propre (jul./août 2020).

Les rues étroites du « Lyon Médiéval et Renaissance », au pied de la colline de Fourvière, n’étonnent pas les touristes de la ville patrimoniale, pas même les mystères des « passages secrets » (traboules) ; à différentes moments, cet espace urbain était densément occupé par des groupes de passants. Et en revanche, les musées sont pratiquement vides…

Mais il y a de bonnes nouvelles concernant la « nouvelle normalité » en temps pandémiques : parallèlement à l’augmentation du nombre de touristes dans la ville, à la diversification du public (présence accrue d’un plus grand nombre d’étrangers) et à la reclassification de la situation d’alerte pandémique (de situation contrôlée, en alerte orange et plus récemment, en alerte rouge), le nombre de touristes et d’utilisateurs portant des masques a augmenté progressivement et spontanément. En principe, il a été observé que les personnes âgées étaient celles qui adoptaient le plus fréquemment ce comportement, un public en thèse inexpressif pour une ville dont le flux touristique est marqué par la présence de jeunes et d’adultes. Avec le temps et l’augmentation de la contagion, en août et même avant le port obligatoire du masque dans l’espace public (rendu officiel dans la semaine du 18 août dans les espaces plus fréquentés), un nombre plus expressif de visiteurs a commencé à le porter, comme prévu, de manière constante. 

Le masque et ses utilisations imprévues
Source: développement propre (jul./août 2020).

Certains ont même oublié de le retirer pour faire cette photo spéciale du voyage touristique! Ils seront sans doute des souvenirs de la « nouvelle normalité » dans les mobilités et les expériences touristiques! 

Références

LE MONDE. Progression « exponentielle » de l’épidémie en France métropolitaine. Le Monde, Paris, 28 août, 2020. Coronavírus et pandémie de COVID-19. Disponible à: <https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/08/28/coronavirus-paris-totalement-masque-plus-de-180-000-morts-aux-etats-unis_6050159_3244.html>. Accès en: 28 août 2020. 

POPOVICH, N; SANGER-KATZ, M. The world is still far from herd immunity for coronavirus. The New York Times, Manhattan-New York, 28 mai 2020. Disponible à: <https://www.nytimes.com/interactive/2020/05/28/upshot/coronavirus-herd-immunity.html>. Accès en: 26 août 2020.

SCUDELLARI, M. How the pandemic might play out in 2021 and beyond. Nature, 584, 22-25, 5 août 2020.

TOLLEFSON, J. Why deforestation and extinctions make pandemics more likely. Nature, 584, 175-176, 7 août 2020.

YONG, E. Immunology is where goes to die. The Atlantic, Washington, 5 août 2020. Health. Disponible à: <https://www.theatlantic.com/health/archive/2020/08/covid-19-immunity-is-the-pandemics-central-mystery/614956/>. Accès en: 26 août 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s